Header Image

Mesures préventives

Mesures préventives

Vêtements

Quand on sort de chez soi, il faut toujours s’habiller en fonction de la saison. Evitez les vêtements trop légers et choisissez, pour vos sous-vêtements, des textiles qui laissent passer la transpiration. Ne sortez pas avec les cheveux mouillés ou en sueur. Vous devez également veiller à ne pas avoir froid aux pieds. Dans la mesure du possible, il vaut mieux éviter de porter des chaussures aux semelles trop fines ou à hauts talons.

Maison

A l’intérieur de votre domicile, il est recommandé de ne pas surchauffer les pièces, mais de veiller à bien les aérer et à ce que l’air ne soit pas trop sec. Le mieux est d’aérer brièvement mais régulièrement et d’humidifier l’atmosphère de votre lieu de vie. Pour ce faire, placer un récipient rempli d’eau sur une source de chaleur est une fausse bonne idée: en effet, ce procédé est propice à la multiplication des bactéries. Essayez plutôt avec un gant de toilette mouillé. Faites la chasse aux moisissures dans votre baignoire, notamment au niveau des jointures: les spores de champignons peuvent affaiblir vos défenses immunitaires, voire même provoquer des maladies des voies respiratoires. Si l’un ou l’autre membre de votre entourage souffre d’un refroidissement, pensez à désinfecter les poignées de porte et lavez-vous les mains plus souvent. Un système immunitaire renforcé demeure la meilleure protection contre le refroidissement. Entretenez-le par de fréquentes promenades en plein air et suffisamment de sommeil. Une séance hebdomadaire de sauna contribuera également à renforcer vos défenses immunitaires.

Vaccination

Quand un virus pénètre dans l’organisme, il finit tôt ou tard par être détecté et analysé par certaines cellules du système immunitaire. Si le système immunitaire a déjà été en contact avec un virus de ce type, il va activer rapidement la production d’anticorps. Les anticorps sont des protéines qui vont cibler un agent pathogène bien défini et le rendre inoffensif. Ils sont l’arme de défense la plus efficace de notre organisme contre les différents agents pathogènes. Si le système immunitaire se retrouve face à un germe inconnu, cela peut prendre jusqu’à une semaine avant qu’il ne parvienne à produire les premiers anticorps.
La vaccination permet au système immunitaire de connaître l’agent pathogène, sans que la personne n’ait eu à subir une infection.

Il faut distinguer la vaccination active de l’immunisation passive. Dans la vaccination active, on a recours à des agents pathogènes tués ou à des variantes moins virulents ou encore seulement à certains éléments de l’agent pathogène. De cette façon, le sujet ne tombera pas malade à cause du virus ou de la bactérie, mais son système immunitaire aura été en contact avec l’agent pathogène et, le cas échéant, il sera capable de réagir contre lui plus rapidement et plus efficacement lors d’une éventuelle infection.
L’immunisation passive est en fait, dans la plupart des cas, une mesure thérapeutique d’urgence à la suite d’une infection. On injecte au patient des anticorps déjà produits dirigés contre l’agent pathogène. Cette mesure permet de réagir immédiatement contre les agents pathogènes. Toutefois, l’organisme n’aura pas eu l’occasion d’analyser de plus près l’agresseur, c’est la raison pour laquelle l’immunisation passive n’est efficace que pendant quelques semaines.