Header Image

Efficacité

Efficacité

Le sirop Solmucalm Toux grasse contient deux substances actives : la N-acétylcystéine, qui fluidifie les sécrétions (mucus), et la chlorphénamine, un antihistaminique de la première génération, qui apaise la toux. Grâce à l’action de la N-acétylcystéine, les sécrétions bronchiques sont plus fluides et peuvent donc être plus facilement éliminées par la toux pendant la journée. Vue que la chlorphénamine ne supprime pas totalement la toux, le nettoyage naturel des voies respiratoires peut s’effectuer toutefois normalement.

Acétylcystéine

La N-acétylcystéine est une forme légèrement modifiée d’une substance naturellement présente dans le corps, la cystéine qui est un acide aminé (voir aussi efficacité du Solmucol). Après administration orale, la N-acétylcystéine est transformée dans l’organisme en cystéine et en glutathion (qui comprend aussi la cystéine). Ces trois molécules (N-acétylcystéine, cystéine et glutathion) ont des propriétés mucolytiques, car elles possèdent le même groupe actif (la cystéine).

AcetylcysteinFR
L’acétylcystéine a une action mucolytique grâce a son groupe sulfhydryle libre (-SH), qui coupe les protéines du mucus et dissolut le mucus visqueux.

L’acétylcystéine a une action mucolytique grâce a son groupe sulfhydryle libre (-SH), qui coupe les protéines du mucus et dissolut le mucus visqueux.
Le même groupe sulfhydrile (-SH) se retrouve dans les métabolites de l’acétylcystéine, la cystéine et le glutathion. Les trois molécules agissent en manière mucolytique et aussi antioxidative.

Chlorphénamine

La chlorphénamine est un bloqueur des récepteurs H1(un antihistaminique) de la première génération. Cette substance active est utilisée depuis 50 ans contre la toux et s’est avérée, à la suite de l’expérience accumulée pendant tous ces années, comme un antitussif bien toléré. A différence d’autres antitussifs conventionnels, la chlorphénamine a un effet soit central dans le CNS soit en dehors du CNS. L’efficacité centrale de la chlorphénamine est due à l’interaction avec les récepteurs au niveau du CNS de l’histamine, qui sont bloqués par la chlorphénamine. En dehors du CNS il est connu que la chlorphénamine, aussi à travers l’interaction avec les récepteurs de l’histamine, réduit la sécrétion dans les voies aériennes de manière telle qu’une sécrétion excessive puisse engendrer la toux.

ChlorphenaminFR
La chlorphénamine inhibe l’excitabilité des récepteurs TRPV1 dans les fibres afférentes nerveuses, qui sont responsables pour la génération du stimulus de la toux. (Sadofski et al. Exp Lung Res 34: 681-693; 2008).

La chlorphénamine inhibe l’excitabilité des récepteurs TRPV1 dans les fibres afférentes nerveuses, qui sont responsables pour la génération du stimulus de la toux. (Sadofski et al. Exp Lung Res 34: 681-693; 2008).

Des nouvelles études ont montré que la chlorphénamine inhibe l’excitabilité des récepteurs de la toux dans les voies aériennes et la transmission du stimulus de la toux vers le système nerveux central. Cela s’effectue à travers la modulation de l’activité des récepteurs TRPV1 récemment découverts dans les fibres nerveuses afférentes. Comme conséquence la génération du stimulus de la toux en périphérie est affaiblie. Cette nouvelle découverte du mode d’action de la chlorphénamine est une promesse pour le futur et représente aussi une des exigences requises aux nouveaux antitussifs. Un point intéressant de l’action de la chlorphénamine est représenté par le fait qu’elle module le stimulus de la toux de manière telle que celui-ci ne soit pas complètement bloqué, en permettant toujours son action protective et purifiante dans les voies aériennes.